Colloque international sur la sécurité alimentaire et la nutrition à l'heure des changements climatiques

La nature et les thématiques du Colloque ont permis au comité organisateur de relever la barre de l’exemplarité gouvernementale en matière d’organisation d’évènements écoresponsables. Les impacts y ont été nombreux, et les mesures mises en œuvre ont depuis été reprises pour d’autres évènements du ministère.

Concernant l’alimentation, la thématique de la sécurité alimentaire a commandé une réflexion sérieuse et systématique sur l’ensemble de l’offre alimentaire du Colloque. La grande majorité des menus (plus de 85%) ont été concoctés à partir de produits frais et de saison disponibles dans un faible rayon du Centre des Congrès (moins de 100 km, notamment la côté de Beaupré, la ferme des Quatre-Temps et l’Ile d’Orléans). Les aliments étaient biologiques lorsque possible (environ 25% des aliments). Le café d’accueil des participants était équitable (environ 5% des aliments), et une réception à l’Assemblée nationale a permis aux participants de déguster des bouchées provenant directement des Jardins de l’Assemblée. La thématique spécifique de la nutrition a également fait en sorte que l’ensemble des repas étaient sains et nutritifs, les aliments nocifs étant tout simplement éliminés des menus (ex : boissons gazeuses). Des options végétariennes et végétaliennes étaient disponibles, et l’option du service aux tables avec des plus petites portions a été privilégiée afin de réduire le gaspillage alimentaire à son maximum. Chaque matin, le comité organisateur comptait le nombre de convives afin de cuisiner seulement l’essentiel. Le comité organisateur est allé jusqu’à sensibiliser les participants à réfléchir aux options écoresponsables de l’avenir, en offrant par exemple des biscuits confectionnés à partir de farine de grillon, ou encore en distribuant des barres de farine de grillon Näak.

Afin de se commettre à l’ensemble de ces choix, l’ensemble des produits du menu et leur provenance ont été rendus disponibles et expliqués aux participants par le biais de l’application mobile élaborée spécialement pour l’évènement. 

Les efforts adoptés en matière d’offre alimentaire, notamment ceux concernant l’élimination du gaspillage pour l’évènement, ont eu des impacts sociaux puisque les surplus non cuisinés ou consommés ont été redistribués à l’organisme communautaire le Pignon bleu. De plus, dans le contexte particulier où la faim dans le monde a augmenté pour la première fois depuis dix ans, le comité organisateur a proposé que le dernier repas du Colloque prenne la forme d’une « tablée de la solidarité ». Les participants ont ainsi partagé un repas plus frugal (soupe de gourganes, pain de ménage et pouding chômeur) que celui initialement proposé par le Centre des congrès (soupe de gourganes, pain de ménage et pouding chômeur). Les économies engendrées (5 000$) ont été remises à l’Association Sarobidy, un partenaire local de l’organisme québécois de coopération internationale L’Aide internationale à l’enfance, qui œuvre dans une région du Madagascar sévèrement touché par une crise alimentaire. Grâce à ce don, 10 000 repas ont été servis à 125 enfants, chaque midi, depuis février 2018. 

La confiance accordée au comité organisateur de l’évènement a permis l’adoption de plusieurs mesures responsables novatrices, dans cet important souci de concordance avec les thématiques du Colloque. Ces mesures ont d’ailleurs stimulé plusieurs de nos partenaires, qui ont accepté de relever les défis lancés. En ce qui concerne les cocardes par exemple, nous avons fait affaire avec la papeterie Saint-Gilles, qui a accepté le défi lancé d’insérer des graines de basilic dans du carton recyclé. Plusieurs essais ont été nécessaires, notamment afin de s’assurer que la graine de basilic ne serait pas abimée par l’impression de l’encre sur le papier. En ce qui concerne les menus, le comité organisateur a également mis au défi le traiteur du Centre des Congrès, Capital HRS, de concevoir et d’élaborer des menus avec des aliments provenant non seulement d’un rayon de moins de 100 km, mais également en prenant en considération l’impact environnemental et nutritif des aliments. La conception de biscuits utilisant de la farine de grillon était également une première pour le Centre des Congrès, et pour une grande partie des participants qui ont énormément apprécié cette sensibilisation aux alternatives de nourriture protéinées. Le chef cuisinier Daniel Vézina a également relevé avec brio le défi de concocter un kéfir composé d’aliments gaspillés lors d’une des réceptions du Colloque.

Pour en savoir plus : http://www.mrif.gouv.qc.ca/fr/salle-de-presse/evenements-speciaux/colloque-san