Repair Café de Polytechnique Montréal

À Polytechnique Montréal, la lutte à la culture du jetable mobilise tout le monde (étudiants, employés, profs-chercheurs, direction, diplômés). Deux événements de réparation d’objets (Repair café) ont été organisés dans l’année 2017-2018. Des bénévoles ont aidé plus de 200 participants à réparer appareils électroniques, électroménagers, vélos et tissus, afin de leur éviter le chemin du dépotoir.

Dans un esprit communautaire misant sur le partage de connaissances, l’objectif des deux Repair café était de démontrer à quel point il peut être simple et économique de remettre un objet en bon état. L’événement a été initié et organisé par le PolyFab Normand Brais, en collaboration avec le Bureau du développement durable.

Des étudiants et des employés de l’École - accompagnés de professionnels en informatique d’Insertech Angus, de spécialistes en mode responsable d’Ethik-BGC et de mécanos de l’atelier Biciklo - étaient sur place pour accueillir les participants et partager leurs expertises bénévolement.

Les outils utilisés provenaient en grande partie du PolyFab. L’atelier avait migré une partie de ses équipements - postes de soudure, outils à main et appareillages multiples - dans l’enceinte de l’Atrium Lorne-M.-Trottier et, à l’occasion de ces deux soirées, avait transformé sa mission de fabrication en une mission de réparation.

Il est à noter que les participants avaient accès à une salle d’attente où était diffusé le documentaire Demain. Ils pouvaient également participer à un jeu de construction d’une ville durable (Jeux WASA) lors de la première édition.

Du café équitable était également servi pour tous, dans des tasses réutilisables. Des salles de bains et des fontaines d’eau étaient aussi accessibles. Enfin, des ascenseurs pour accéder au lieu pouvaient également être empruntés par les visiteurs à mobilité réduite.

Également, dans le cadre d’une visite organisée, 15 jeunes du YMCA sont venus observer l’édition de février 2018. L’idée était de faire valoir l’impact négatif de la « fast-consommation » et de démontrer le pouvoir d’un élan collectif pour réparer au lieu de jeter.

Lors des deux soirées, plus de 200 articles ont été confiés aux soins des réparateurs bénévoles. Grille-pains, fers à repasser, pantalons, vélos, ordinateurs, cellulaires, cafetières et autres ont défilé en grand nombre. Si la majorité des articles ont bénéficié d’une réparation complète ou partielle, d’autres ont pu recevoir un diagnostic technique.
 

Voici quelques-uns des impacts de notre ENGAGEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE :
Impacts sociaux :
L’activité avait deux objectifs : inspirer et outiller. Tout avait été prévu pour favoriser les échanges entre réparateur et participant, de façon à ce que tous repartent non seulement avec un objet fonctionnel, mais aussi avec les connaissances requises pour procéder eux-mêmes à la réparation dans le futur.

Les retombées positives ont dépassé les murs du campus universitaire. L’importante couverture médiatique de la deuxième édition (La Presse, Gravel le matin, Entrée principale, Salut, bonjour! GaiaPresse, Quartier libre, nouvelles de Radio-Canada etc.) a propulsé le sujet de la lutte au gaspillage à l’échelle provinciale.

Impacts économiques :
Prolonger la durée de vie utile de nos biens est salutaire pour le portefeuille des individus. D’un autre côté, la facture du traitement des déchets ménagers est énorme pour la collectivité. Si la quantité de déchets chutait, ces sommes pourraient être redirigées vers le financement de programmes sociaux. Les Repair café contribuent à nous rapprocher de cet objectif.

Pour en savoir plus : http://www.polymtl.ca/carrefour-actualite/nouvelles/deuxieme-repair-cafe-de-polytechnique-montreal-un-elan-collectif-pour-reparer-au-lieu-de-jeter